mercredi 26 février 2014

Australie 2#

Il faut un article entier pour parler de notre weekend d'aventures à l'Ayers Rock. 
On a pris l'avion depuis Sydney vers Alice Springs au centre du pays. Au centre du désert en fait. 


Après trois heures de vol on a récupéré la voiture de location (une automatique avec la conduite à droite... c'est pas moi qui ai conduit...) et on a fait un tour dans Alice Springs pour faire quelques provisions. Il se trouve que cette ville, la plus grosse à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde, est encore moins animée que Papeete.


On ne s'est pas attardé et on a filé faire un tour dans les parcs des alentours.






Le lendemain départ vers 4h du matin parce que la route est longue vers l'Ayers Rock. Cinq heures à travers le désert. On voulait arriver de bonne heure pour ne pas subir les grandes chaleurs au moment de faire le tour du caillou mythique.




Il faut vous imaginer conduire à l'envers, sur une route droite sur des centaines de kilomètres, limitée à 130 km/h, avec partout des traces de freinage assez inquiétantes et des vestiges de pneus éclatés sur les bas côtés...



Et puis soudain, on a cru à une blague.


On était parti la fleur au fusil (avec 6 litres d'eau tout de même), en se disant "tranquille, y a une station essence tous les 120 kilomètres". C'est vrai. Sauf qu'on était dimanche matin 4h. Et plus on avançait, plus les stations ouvraient tard... Au final ça s'est joué à peu de choses. On est arrivé vers 9h, sur la réserve, dans la dernière station avant le parc. 


Ça nous a au moins permis de faire la connaissance d'un émeu et de son patron, un peu flippant. C'est là que j'ai commencé à penser au film La Colline a des yeux (film d'horreur, pour ceux qui ne connaissent pas, où toute une famille se fait massacrer dans le désert par les consanguins locaux).

On a aperçu Uluru (c'est le nom aborigène de l'Ayers rock, prononcez oulourou) pour la première fois à peut être 150 km de distance.


Puis les Olgas, autre amas rocheux tout aussi impressionnant.


Malgré tous nos efforts et une arrivée sur le site vers 11h, on s'est tapé l'écrasante chaleur du milieu de journée. Nous avions prévu l'eau, la crème solaire, le chapeau et les chemises pour ne pas complètement cramer. Et c'est parti pour trois heures de marche autour de Uluru sous 40° et pas un nuage.

















Uluru est une montagne sacrée et une réserve d'eau, avec plusieurs sites sur lesquels les aborigènes procédaient à des rites d'initiation. C'est en quelque sorte leur bibliothèque, où sont conservées leurs légendes et leur lois. Il est possible d'en faire l'ascension quand il ne fait pas trop chaud, mais les natifs n'aiment pas trop, cela étant interdit par leurs traditions. Je pense que cette excursion va disparaitre, les aborigènes reprenant peu à peu la main sur ce site qui leur appartient. Par ailleurs il nous est aussi demandé de ne pas prendre en photo les sites sacrés. Vous ne les verrez donc pas.






Après une pause sandwich nous sommes repartis pour une petite heure de route vers les Olgas.







Dans cette vallée il y a une randonnée qui avait l'air sublime mais qui était fermée à cause de la chaleur.



Sales, séchés, épuisés, on a dit au revoir à Uluru.


Et on a repris "l'autoroute", infestée de kangourous qui traversent devant la voiture (nous aussi on a laissé notre trace de freinage youpi!). Bravo à J qui a conduit près de 12h dans des conditions un peu pénibles et nous a ramenés entiers.



C'est un reportage un peu long mais il y a tellement de choses à voir et à vous montrer que je crois que ça en vaut la peine. Tout comme la longueur du voyage ne nous a pas fait regretter le déplacement. 

Si jamais vous avez la chance un jour d'aller voir Uluru, organisez vous mieux que nous. Peut être qu'il vaut mieux passer une nuit sur place. Et surtout si vous faites la route comme nous, prévenez quelqu'un (l'hôtel) de vos horaires de départ et de retour et prenez un téléphone avec vous. On n'a pas eu de panne heureusement sinon on y serait encore. On a vu plus de kangourous que de voitures et les stations services ne sont pas 24h/24.

Je reviendrais vers vous après les vacances pour la dernière semaine australienne. 

mardi 25 février 2014

Australie 1#


 J'ai du retard! Mais comme nous partons dans quelques jours seulement aux Marquises et que je ne veux pas trop accumuler les délais, je me motive! Mais attention, pas tout d'un coup. On va faire plusieurs épisodes.
Voici donc nos vacances de novembre/décembre en Australie. Je ne sais plus pourquoi l'Australie plutôt que la Nouvelle Zélande. Je crois que nous avions grand besoin et grande envie de ville après une année entière à explorer les cailloux les plus paumés d'Océanie. Nous envisageons la Nouvelle Zélande plutôt en mode routard que citadins. Voici donc Sydney.




Les quais de Darling Harbour, où on trouve notamment l'aquarium. Beaucoup de photos ratées, mais beaucoup d'espèces et surtout des requins.



Le jardin Chinois de l'amitié en plein milieu du quartier des affaires.







 Après un peu de shopping au milieu des jolies décorations de noël, direction l'opéra pour la dernière représentation de La Sylphide.







Depuis Cicular Quay on traverse la baie vers le zoo de Taronga.




Après un tour dans le téléphérique qui nous a offert une vue superbe sur la baie, petit tour d'horizon de la faune locale.


video
Voici un platipus, que vous connaissez mieux sous le nom d'ornithorynque.

video


Et puis nous avons beaucoup, beaucoup marché pour explorer la ville. Quelques images.









 










C'est la fin de notre première semaine. Je vous retrouve bientôt pour notre weekend dans le centre rouge.